Troisième symposium ETM

Espace de Travail Mathématique

MontréalLefkosiaParis

 

Hormis ce paragraphe, ajouté après la tenue du symposium, le reste du site Web de l'ETM3 a conservé sa structure d'origine

Voici le texte des actes en ligne (document ci-lié) et une publication conséquente dans RELIME, volume 17, numéro 4, tomes I et II (décembre 2014 : site de la revue | 1res et 4es de couverture)

VOL. 17 No. 4 (I)

VOL. 17 No. 4 (II)

Dates

24-25-26 octobre 2012

Lieu

Université de Montréal (pavillon Marie-Victorin)

Institutions

Université de Chypre
Université de Montréal
Université Paris Diderot, Laboratoire de Didactique André Revuz

Comité scientifique

Iliada ELIA – elia.iliada@ucy.ac.cy
Athanasios GAGATSIS – gagatsis@ucy.ac.cy
Fernando HITT –hitt.fernando@uqam.ca
Alain KUZNIAK – kuzniak@math.jussieu.fr – Président
Bernard PARZYSZ – parzysz.bernard@wanadoo.fr
Luis RADFORD –lradford@laurentian.ca
Philippe R. RICHARD – philippe.r.richard@umontreal.ca
Laurent VIVIER – laurent.vivier@paris7.jussieu.fr

Comité d'organisation

Annette BRACONNE-MICHOUX– annette.braconne-michoux@umontreal.ca
France CARON – france.caron@umontreal.ca
Michel GAGNON – michel.gagnon@polymtl.ca
Johanne GAUTHIER – johanne.gauthier.4@umontreal.ca
Nicolas LEDUC – nicolas.leduc@polymtl.ca
Philippe R. RICHARD – philippe.r.richard@umontreal.ca – Président
Sophie RENE DE COTRET – sophie.rene.de.cotret@umontreal.ca
Michèle TESSIER-BAILLARGEON – michele.tessier-baillargeon@umontreal.ca

Bilan des deux premières rencontres ETM

La première rencontre ETM a eu lieu les 24 et 25 octobre 2009 à Nicosie (Chypre) lors d’un colloque Franco-Chypriote de Didactique des Mathématiques. Les communications de ce colloque ont été publiées dans l’ouvrage : Gagatsis, A., Kuzniak, A., Deliyianni, E., & Vivier, L. (eds, 2009). Cyprus and France, Research in Mathematics Education, Lefkosia.
À l’occasion de ce colloque, il a pu être constaté une convergence des recherches sur le plan des représentations sémiotiques avec une référence commune aux travaux de Duval. Ce colloque a aussi fait apparaître la nécessité d’aller de l’avant et de développer une culture commune à la fois sur les cadres théoriques et aussi sur les méthodes d’investigation. Il a donc été décidé de poursuivre cette collaboration franco-chypriote à travers l’organisation d’un symposium en France en 2010.

La deuxième rencontre a eu lieu les 22 et 23 octobre 2010 à Paris sous la forme d’un symposium franco-chypriote intitulé « Espace de Travail Mathématique ». Les articles issus des communications de ce symposium sont entrés dans un processus éditorial pour une publication dans la revue Annales de Didactique et de Sciences Cognitives (une première série d’articles a été publiée en 2011, dans le numéro 16).
L’objectif de ce symposium était de préciser la notion d’Espace de Travail Mathématique en considérant un ensemble de processus, de genèses, d’artefacts et de représentations sémiotiques. Les différentes approches ont permis de préciser certains de ces aspects tout en montrant la spécificité essentielle de chacun des domaines mathématiques étudiés (analyse, géométrie, nombre, probabilités).
La formule symposium a permis des échanges fructueux entre les participants et a impulsé la constitution d’une communauté de chercheurs aux intérêts communs.
A priori centré sur deux pays, Chypre et France, la deuxième rencontre ETM a eu une dimension internationale indéniable avec des contributions de sept pays : Canada, Chypre, Espagne, France, Grèce, Mexique et Suisse.

Cadre général du troisième symposium ETM

Les deux objectifs principaux de la troisième rencontre sont de continuer le travail au sein de la communauté de chercheurs et d’accentuer l’ouverture à d’autres courants de recherche. L'organisation ainsi le thème scientifique de la rencontre seront centrés sur ces objectifs.
La tenue de la rencontre au Canada permettra un rapprochement avec des chercheurs canadiens et, plus largement, avec des chercheurs de l’ensemble du continent américain – en particulier une participation importante de chercheurs mexicains constitue un objectif.
Le thème de la rencontre évolue tout en conservant le cœur scientifique autour duquel s'est constituée la cohésion de la communauté scientifique lors des deux premières rencontres. Sans se restreindre à l’élaboration d’un Espace de Travail Mathématique dans son sens technique, la rencontre vise à étudier ce qui est l’élément fédérateur de ces rencontres : le travail mathématique. Cette évolution thématique devrait permettre un approfondissement des pistes développées dans les précédents symposiums et une plus grande diversification des approches. En particulier, des avancées sont attendues sur les dimensions sémiotiques, cognitives et instrumentales. D’autre part, la prise en compte de la dimension sociale est souhaitée et des contributions intégrant cette dimension dans leur approche sont attendues.

Organisation thématique

Le symposium sera organisé autour de quatre thèmes et chaque contribution devra s’insérer dans un des thèmes proposés

Thème 1 – Le travail mathématique et les ETM
Responsables : Alain KUZNIAK et Bernard PARZYSZ

L’objet de ce thème est, d’une part, d’approfondir le modèle théorique défini par les Espaces de Travail Mathématique et, d’autre part, d’en montrer les utilisations possibles comme outil d’analyse dans des études particulières.
Les études pourront notamment expliciter les adaptations du cadre théorique pour qu’il tienne mieux compte des spécificités des domaines mathématiques abordés, des interactions entre ces domaines et aussi de questions comme la modélisation. Les communications pourront aussi proposer d’autres manières de décrire le travail mathématique des élèves, des professeurs, voire des ingénieurs ou des chercheurs. Dans ce cas, les différences d’approches devront être précisées et discutées.

Thème 2 – Environnements technologiques et travail mathématique
Responsables : Philippe R. RICHARD et Laurent VIVIER

Ce thème s’intéresse spécifiquement à l’utilisation d’environnements technologiques, non pour eux-mêmes, mais pour préciser dans quelle mesure ils affectent le travail mathématique. On pourra retenir une double interrogation relativement à leur impact.
– Il convient, en premier lieu, de s’interroger sur les potentialités qu’offrent de tels environnements pour transformer le travail mathématique de l’élève. En tant qu'élément essentiel de l’espace de travail mathématique, les interactions entre les instruments et les autres composantes pourront constituer un point d’étude privilégié.
– La seconde interrogation découle de la considération de l’arrière plan épistémologique présent dans les ETM. Elle consiste à étudier en quoi l’utilisation d’environnements technologiques affecte la construction épistémologique propre à l’élève, guidant son travail mathématique. Cela peut concerner, à titre d’exemple, tant la nature des objets mathématiques qu’il construit que les preuves mathématiquement acceptables ou le rôle de la démarche d’investigation.

Thème 3 – Le travail mathématique et les aspects sociaux et institutionnels
Responsables : Fernando HITT et Luis RADFORD

Dans ce thème, il sera question d’élargir le regard sur le travail mathématique en observant le rôle des institutions particulières dans lequel il est intégré et aussi le jeu des interactions sociales et langagières. Le rôle de formation des enseignants en mathématique, initiale ou continue, apparaît ici comme un levier institutionnel.
Plus largement encore, la relation entre la nature du travail mathématique et le monde qui l’entoure pourra faire l’objet d’un questionnement.

Thème 4 – Visualisation et représentation dans le travail mathématique
Responsables : Iliada ELIA et Athanasios GAGATSIS

La représentation fait pleinement partie du travail mahématique et ce thème a pour objectif de poursuivre les travaux sur les représentations sémiotiques. Dans la continuité des précédentes rencontres, ce thème s’intéressera aux notions de flexibilité, à la genèse des registres et plus généralement à la place des registres de représentation dans le travail mathématique, traditionnel ou instrumenté.
Si la visualisation a fait l’objet de nombreux travaux en géométrie, en revanche peu de recherches concernent la visualisation dans d’autres domaines mathématiques, bien que plusieurs publications récentes soulignent l’importance du visuel dans le travail mathématique. On peut, par conséquent, se poser la question du rôle de la visualisation des représentations sémiotiques en arithmétique, en algèbre, en analyse, en probabilité et en statistiques. De manière complémentaire, on pourra s’intéresser à la création et à l’interprétation des représentations dans les cas où on ne peut pas parler naturellement de visualisation.

Appel à contribution et actes

Chaque contribution devra faire état d’une recherche, prendre en compte au moins un des aspects étudiés à l’occasion du colloque et mentionner explicitement le thème dans lequel la contribution est soumise. Elle ne dépassera pas 30 000 caractères (espaces compris), annexes non comprises. L’ensemble des contributions fera l’objet d’une pré-publication disponible lors du colloque.
Le nombre de participants sera limité afin de favoriser les échanges.
À l’issue de la rencontre, les contributions seront révisées par les auteurs pour une publication trilingue dans une revue internationale.

Fonctionnement du symposium

La thématique générale du colloque sera présentée par deux exposés introductifs.
Pour chaque thème, il est prévu d’avoir un ensemble de présentations orales (trois ou quatre, environ 3h), un atelier en une ou deux sessions (2h-2h30). Deux ateliers sur des thèmes différents pourront fonctionner en parallèle.
Cet éventuel fonctionnement en parallèle des ateliers renforce l’intérêt d’une synthèse qui sera à présenter en plénière finale.
Il peut être envisagé que les responsables des ateliers apportent des éléments expérimentaux afin de faire travailler les participants sur ce matériel en lien avec les objectifs de l’atelier.Les dates importantes

  • Envoi d’un résumé d’une page avant le 31 mars 2012.
  • Envoi de l'avis du comité scientifique avant le 15 avril 2012.
  • Envoi de la contribution avant le 20 juillet 2012.
  • Après lecture des contributions par le comité scientifique, envoi des textes à deux «réacteurs», au plus tard le 6 août 2012. Les réacteurs doivent écrire une note succincte sur les contributions.
  • Envoi des notes des réacteurs au comité scientifique avant le 8 septembre 2012.
  • Retour des textes pour le 15 octobre 2012.
  • Les notes des deux réacteurs seront envoyées aux auteurs avant le symposium.
  • Le symposium se déroulera les 24-25-26 octobre 2012.
  • Retour des articles pour publication avant le 15 janvier 2013.